Emprientes Zero

Lancée par la fondation Tamaas en 2016, ce projet international propose aux artistes invités d’interroger et d’explorer les préoccupations locales et mondiales de la destruction de l’environnement, qu’elles soient politiques, économiques, écologiques ou culturelles.

La question est posée d’emblée par le titre même du projet « Empreinte zéro » : Est-il possible aujourd’hui de proposer un mode de vie sans incidence écologique? Mais plus qu’une simple interrogation, « l’empreinte zéro » dont il est question ici est davantage une orientation et un appel lancé aux artistes pour initier à travers le médium de l’art un dialogue autour de préoccupations environnementales. Pour autant, l’invitation est multiple – autant que la problématique qu’elle soulève – car il s’agit pour les artistes de proposer à travers une œuvre, une performance, une création numérique, vidéo, … leur vision, leur appréhension de l’ « empreinte zéro », tout en prenant conscience de leur processus de production.

Le projet semble poser les prémisses d’un paradoxe, insoluble par définition. Car si l’art est par essence même la création d’une empreinte, elle ne peut s’assujettir à ne pas en laisser… C’est qu’ici il est avant tout question, à partir même de l’empreinte de l’œuvre et de tout ce qu’elle peut induire, que les artistes participent, à travers la trace – ou la non trace – de leur production dans le cadre de ce projet, à témoigner des incidences de nos modes de vie contemporains sur l’équilibre et la préservation de notre patrimoine environnemental.

Délibérément ouvert, autant que les pratiques et approches diverses des créateurs invités, le projet laisse à chaque artiste la liberté d’aborder la problématique écologique localement ou plus globalement, dans une dimension sociétale, économique, politique, culturelle, … et avec le médium qui lui semble le plus juste et à l’échelle de leur exploration de « l’empreinte zéro ».

 

This post is also available in: Anglais